Si si, le Minitel fonctionne encore en 2022 !

Le logo inital de télétel était un papillon durant l’expérimentation de Vélizy

Le 30 juin prochain, dix années se seront écoulées depuis l’arrêt du « kiosque » télétel le 30 juin 2012.

Et oui, en 2012 ce n’était pas « la fin du Minitel« , mais juste l’arrêt des points d’accès vidéotex (les PAVI) qui répondaient sur les 3615, 3614, et mettaient les usagers en relation avec les services distants, connectés via le réseau Transpac (X25) qui formaient le kiosque télétel et son système de reversement aux services.

Contrairement à une idée répandue, le « Minitel » n’était en effet pas centralisé. De nombreuses entreprises hébergeaient leurs services sur leurs propres ordinateurs ou chez un prestataire privé (un hébergeur). Tout ceci n’est plus accessible !

Le très ancien schéma ci-dessous permet de se repérer :

  • Le service hébergé sur un ordinateur par un prestataire (il y en aura des milliers)
  • La liaison au réseau Transpac
  • Le « centre télétel » deviendra le point d’accès vidéotex (PAVI)
  • Le terminal télétel deviendra le Minitel
Schéma d’époque issu de « La Lettre de télétel » (Archives Orange)

Le Minitel, lui, existe encore, car c’était le terminal distribué largement et gratuitement au milieu des années 80 « au titre de l’annuaire électronique ».

Il se connectait par l’intermédiaire d’un modem et du réseau téléphonique à un ordinateur qui avait le rôle de serveur qui hébergeait des services.

Un terminal seul, sans ordinateur accessible pour s’y connecter et sans services ne sert plus à grand chose et de nombreux Minitel ont terminé leur vie dans une déchetterie ou végètent au fond d’un placard, d’une cave ou d’un grenier et s’affichent sur leboncoin ou ebay.

2017, le retour des serveurs

Différents événements ont été organisés en 2012 pour marquer l’arrêt du service télétel et ont été l’occasion pour des « anciens » de se revoir, mais aussi de ressortir quelques terminaux, matériels ou logiciels pour quelques démonstrations.

La préservation de ce patrimoine technique s’est petit à petit manifestée.

Les services officiels d’archives concernés (l’INA pour le côté audiovisuel et la BnF pour le côté média interactif) n’avait en effet pas ou peu anticipé l’arrêt progressif puis définitif des services vidéotex et les compétences techniques nécessaires pour maintenir en fonctionnement ces technologies anciennes ne sont pas non plus leur coeur de métier.

A partir de 2017, quelques « anciens » ont commencé restauré des sauvegardes, remis en route des serveurs à l’identique, sur du matériel d’époque, ou adapté les logiciels d’époque pour fonctionner dans des environnements actuels (Linux, BSD).

Ainsi ont été remis en ligne: COMPUTEL (tel qu’en 1986, fonctionne sur un Apple //e), le serveur d’hébergement de JCA Télématique (tel que fin 1998), le 3614 HACKER, le 3614 TEASER, le 3615 SM.

Le 3615 RDLF restauré.

Certains sont accessibles par internet à l’aide d’un émulateurs Minitel développé par zigazou. D’autres sont accessible par téléphone, pour s’y connecter avec un vrai Minitel.

Ceci permet à des chercheurs (comme Julien Mailland) d’étudier des services fonctionnels, leur interactivité, leur organisation,

Des services recréés… voire nouvellement créés !

En plus de services restaurés, certains ont été recréés pour retrouver le fonctionnement de service emblématiques permettant de voir comment ceux-ci fonctionnait pour les usagers.

Le plus emblématique est bien sûr l’Annuaire Électonique, le 11, devenu ensuite le 3611.

Service à retrouver sur http://3611.re

Quelques sauvegardes de pages d’époque ont permis de recréer un service proche de l’original. Les recherches se font sur les annuaires actuellement accessibles avec un navigateur web et affichent les résultats en mode vidéotex comme à l’époque (les numéros de téléphone sont juste un peu plus longs !).

Un autre site emblématique a aussi été recréé, il s’agit du 3615 ULLA. Ici pas de sauvegarde des pages écrans, elles ont été recomposées à partir de vidéos consultables sur youtube. Le système de messagerie s’appuie sur le réseaux social libre Mastodon… et n’est plus rose du tout mais multicolore.

D’autres recréations se font aussi dans le domaine artistiques, car dans les années 80 des artistes ont créé des oeuvres numériques basées sur le Minitel.

« Profound Telematic Time (P.T.T.) » de PAMAL (Centre Georges Pompidou / Beaubourg, février 2022)

De nouveaux serveurs ont aussi été créés par des passionnés, certains comme projet d’étude: Jelora, IUT Auxerre, HYTREL.

Vous trouverez en haut à droite de ce site, la liste des services accessibles par internet ou par Minitel.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.